Donner l’envie de goûter aux enfants

enfant déçu par son repas
14
décembre
2016

Parfois, la vue d’une assiette de choux de Bruxelles ou d’un steak cuit à point fait disparaître l’appétit enfants. Bien qu’il soit très important de respecter leurs goûts s’ils n’aiment vraiment pas quelque chose, il est aussi primordial de leur apprendre à goûter les aliments avant de juger. Tout cela fait partie de l’apprentissage du goût. Notre équipe vous livre ses conseils pour donner envie de goûter à tout à votre enfant, et même pourquoi pas, pour lui faire apprécier de nouveaux aliments.

Une vaisselle ludique

Le décor peut jouer sur le désir de se mettre à table de l’enfant. Une vaisselle avec des animaux rigolos ou des super-héros ainsi que des couverts adaptés peuvent redonner l’appétit comme par magie !

Des couverts adaptés

Les plus petits ont souvent du mal à tenir des couverts de grands. Cette difficulté peut rendre le moment du repas difficile. Le site DEINDEAL propose régulièrement des ventes de couverts spécialement conçus pour les enfants. Le mieux est d’opter pour des couverts à la fois ergonomiques et composés dans des matériaux résistants. Les couverts en acier inoxydable sont idéal. Pour ce qui est de la boisson, les plus petits préférerons boire à l’aide d’une gourde plutôt qu’un verre traditionnel plus lourd et plus difficile à manier. Les enfants un peu plus âgés peuvent adopter des verres en PVC de petit format adaptés à leur façon de boire.

Des motifs amusants

C’est un fait, les enfants préfèrent souvent les objets à l’effigie d’animaux ou bien de leurs héros préférés. Par exemple, un bol avec un dessin de girafe au fond donnera sûrement envie à l’enfant de son finir sa boisson pour pouvoir l’observer. Il est possible de trouver de la vaisselle, des couverts mais aussi des accessoires de tables amusants. Bol, gourde, assiette, serviette… Tout est possible ! Ces objets permettent aussi de donner de l’eau au moulin à l’imaginaire de l’enfant. Pour trouver des articles amusants et de qualité pour les enfants, faites un tour sur le site de puériculture BABY WALZ.

Imposer un rituel du repas

Comme le rituel du coucher avec sa traditionnelle histoire du soir, le rituel du repas est important. Il permet à l’enfant de se sentir davantage en confiance avec la nourriture et le moment de repas. Cela permet d’inviter à la dégustation de nouveaux aliments.

Impliquer l’enfant dans la préparation

Un enfant aura davantage envie de goûter des aliments s’ils se sent impliqué dans le processus de préparation de la nourriture. Les enfants, surtout les plus jeunes, sont animés par une foule de questions et aiment comprendre leur environnement avant tout. Les amener faire les courses au supermarché ou au marché local, leur apprendre à préparer les légumes et les fruits, leur montrer comment se fait le processus de cuisson, tout cela leur permet de comprendre ce qui se trouve dans leur assiette et ainsi de ne pas être surpris. Il est aussi important d’apprendre à l’enfant de mettre la table dès le plus jeune âge, même si ce n’est que leur propre assiette et couverts. Il est aussi possible de cuisiner avec eux en utilisant des ustensiles de cuisines adaptés aux enfants ou bien de les éduquer à l’univers du goût en leur offrant des jouets en bois liés à la cuisine. Vous trouverez par exemple des cuisines miniatures ou des paniers de provisions en bois sur BABY MULLER.

Recourir à une bonne dose de patience

L’apprentissage du goûts et du comportement à adopter à table ne se fait pas en un jour. Il se peut que votre enfant refuse, une fois, deux fois, quatre fois ou même plus un aliment avant de l’accepter ! Cela ne veut pas dire qu’il faut renoncer. Même s’il ne faut pas forcer un enfant à absolument finir son assiette, il n’empêche qu’il est important de rester inflexible sur le menu. L’enfant ne doit pas composer lui-même ses repas même s’il peut émettre des suggestions. La menace de la privation de dessert ou une récompense systématique ne sont pas des solutions non plus. Pour éviter les refus et calmer ses angoisses, mieux vaut l’encourager à verbaliser sur ce qu’il ressent par rapport à la nourriture au lieu d’un simple « j’aime pas » ou « j’ai plus faim ».

A lire aussi :